ALIGNEMENT STRATEGIQUE DES SYSTEMES d’INFORMATION et du DIGITAL

Leur contribution à l’atteinte des objectifs de l’entreprise et des unités métiers

En tant que dirigeant ou manager, vous définissez la stratégie de votre entreprise, mais savez qu’il ne suffit pas d’avoir « une belle stratégie » si on ne se focalise pas sur les résultats opérationnels à obtenir et si tous ses membres n’oeuvrent pas ensemble dans la même direction.

Des outils, des méthodes, des principes d’actions concrets peuvent aider, tant pour définir la stratégie que pour le suivi de sa mise en œuvre.

La GOUVERNANCE d’ ENTREPRISE est l’organisation des processus de prise de décisions, des systèmes de contrôle de ces décisions et du pilotage de leur mise en œuvre, jusqu’à la mesure des résultats obtenus vs les résultats souhaités. Elle permet ainsi le dialogue entre les instances représentant les actionnaires et les dirigeants – et elle est une garantie de transparence vis-à-vis des interlocuteurs externes.

La STRATEGIE GENERALE de l’ENTREPRISE sera déclinée en stratégies et objectifs métiers dans les différentes unités opérationnelles et fonctionnelles, qui s’appuient alors sur leurs propres politiques, internes et externes, pour parvenir à atteindre leurs objectifs contributifs à la stratégie globale. 

Cela parait simple et sensé !

Il s’agit bien de rassembler toutes les pièces du puzzle pour que l’ensemble, tel un orchestre, joue la même partition et non chacun la sienne.



Prenons l’exemple de l’informatique et des systèmes d’information qui doivent servir des « clients internes » et des « clients externes » (de plus en plus avec le développement du digital, dont les services sont de plus en plus en prise directe avec le client final).

Nous utiliserons l’appellation « SID - Systèmes d’Information et Digital», parfois résumée sous le vocable informatique.

Si le DSID – Directeur des Systèmes d’Information et du Digital – ne veut pas terminer seul dans son  bunker technique, il doit :

  • Comprendre la stratégie de son entreprise et la faire sienne
  • Comprendre les besoins et attentes des différents métiers de l’entreprise pour les aider à atteindre leurs objectifs
  • Proposer des innovations, des possibilités offertes par l’informatique
  • Pouvoir dialoguer aussi bien avec les clients externes, qu’avec les métiers internes et la direction générale.
  • Savoir partager, notamment les connaissances, innovations et idées, les victoires et les résultats
  • Il lui sera demandé parfois de plancher devant les instances de gouvernance de l’entreprise, alors à lui d’être clair, honnête et compris.

Un beau défi !

Pour ce faire, il est à la tête d’une unité qui élabore sa propre stratégie … stratégie qui doit contribuer efficacement aux stratégies métiers et à la stratégie générale de l’entreprise. C’est ce que l’on appelle « l’ALIGNEMENT SRATEGIQUE ». Ce n’est parfois pas si facile que cela.

Prenons un exemple extrait d’une société informatique de software dont la direction générale avait pris comme axe directeur « faire simple et efficace ». Le terme « efficace » était assez bien compris mais pour la simplicité, ce fut plus difficile car il fallait être simple dans toutes les activités et dans tous les produits livrés aux clients. Il fut décidé par exemple de rédiger les modes d’emploi interactifs des logiciels vendus en partant des problèmes et questions d’un utilisateur devant son écran (les événements métiers) et en expliquant comment faire, plutôt qu’énumérer, même en les classant par rubrique, tous les sujets traités par ces logiciels. Comme un manuel que l’on ouvre pour chercher la page utile, quand bien même ce manuel fût sur ordinateur. C’était encore moins simple quand il fallait expliquer aux clients les principes de facturation puisque l’on sait bien que beaucoup d’éléments entrent en ligne de compte. Personne n’avait imaginé que le mot « simplicité » allait déclencher une telle avalanche d’adaptations !

N’aurait-on pas un problème de ce type au niveau de l’administration française … qui n’a toutefois pas érigé à ce jour le principe de simplicité comme axe stratégique majeur !

Le PLAN STRATEGIQUE GLOBAL DE l’ENTREPRISE consistera à consolider tous les plans élaborés par chaque entité pour atteindre les objectifs de l’entreprise. L’entité informatique aura un grand rôle à jouer pour supporter et aider les autres entités.

Le PLAN STRATEGIQUE des SYSTEMES D’INFORMATION et du DIGITAL – PSSID – est destiné aux instances de gouvernance de l’entreprise et au comité de direction. Il devra être concis, clair et compréhensible car non technique. Il dira ce qui va être entrepris, en vue de quels résultats, et comment il va contribuer à créer de la valeur pour toutes les parties prenantes.

Le DSID ne dit pas oublier qu’il s’agit « d’atteindre ensemble » les objectifs entérinés par la direction. Travail d’équipe et « en toute modestie », car l’humilité doit être une de ses qualités.

Cette démarche implique qu’un dialogue permanent s’instaure entre la direction de l’entreprise, le DSID et les directions opérationnelles et métiers. Deux structures peuvent être mises en place pour favoriser dialogue, prise de décision et contrôle des résultats  :

  • Le comité stratégique du SI et Digital pour que les métiers puissent exprimer et négocier leurs priorités
  • L’instance de gestion du portefeuille des programmes et projets, transversale dans l’entreprise. Elle permet de fixer des objectifs et des méthodes de décision, pilotage et fonctionnement : processus de décision de lancement des projets (étude opportunité et faisabilité, retours sur investissement attendus, risques potentiels, étapes et jalons intermédiaires etc.), définition des rôles et des responsabilités, besoins en formation, etc.

Cette INSTANCE DE GESTION DE PORTEFEUILLE PROGRAMMES ET PROJETS est donc l’instrument de l’alignement stratégique. Si elle doit permettre les arbitrages court terme, elle doit aussi inscrire ces investissements dans une perspective moyen et long termes qui appuie les objectifs pluriannuels de l’entreprise.

Si la VISION et les VALEURS d’une entreprise font référence à un horizon temps plus long, le plan stratégique ne peut dépasser 3 ou 4 ans, à condition d’être découpé en plusieurs plans tactiques de 6 à 12 mois pour tenir compte des évolutions technologiques et de marché qui obligent à des ajustements fréquents. On parle alors d’AGILITE pour l’entreprise. De plus, atteindre des objectifs intermédiaires  permet de garder la motivation grâce à des succès d’étapes plus fréquents.

Quelques facteurs clés de réussite :

  • Des unités métiers qui énoncent clairement leurs objectifs et leurs options stratégiques, en liaison étroite avec la direction générale
  • Une capacité au dialogue avec ces unités métiers de la part du DSI, donc écoute et compréhension des besoins
  • Une capacité à adapter, à changer, à saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies et autres innovations
  • Une orientation majeure de « rentabilité, pertinence et efficacité » des dépenses informatiques. On évite absolument « l’art pour l’art » !
  • Une orientation affichée, et des actions qui le prouvent, pour les ressources humaines de son secteur qu’il faut choisir et faire évoluer, à qui il faut donner envie de faire, d’apprendre, d’écouter et de comprendre tous les interlocuteurs et les enjeux – une écoute créative.
  • Une attention toute particulière aux risques et à la sécurité qui doit conduire à une politique et un plan d’action spécifique
  • Une attention tout aussi particulière aux ressources humaines de sa direction, sur les compétences et la formation continue, sur les comportements .... entre autres !


Les résultats à obtenir et obtenus doivent être mesurés mais il ne faut pas tomber dans « l’ EXCES d’ EXCEL » et obliger les collaborateurs à remplir des tableaux à longueur de temps, au détriment du travail au quotidien. Il vaut mieux un peu plus faire comprendre la stratégie et ses objectifs induits que fixer une multitude d’objectifs chiffrés sans perspective, sinon de faire plus que la fois d’avant.

En matière de pilotage et d’outils d’aide, quels que soient la taille ou le secteur de l'entreprise, il y a peu de chances que le tableur Excel disparaisse du jour au lendemain des organisations. Et pourtant ! Le temps passé cumulé au sein d’une entreprise et le stress généré par le remplissage des activités vs les objectifs, annule une partie du bénéfice du pilotage qui parfois est vu comme flicage. D’autres outils existent, plus collaboratifs ; d’autres façons de piloter aussi.  

L’information et ses technologies constituent un véritable atout pour les entreprise qui veulent stimuler leur croissance, conquérir et fidéliser les clients, en créant des avantages concurrentiels tout en se renforçant face aux multiples menaces et risques de toutes natures et bien réels.

Ce sont mes convictions, c'est ma pratique,  comme consultant et comme manager de transition.

Les consultants 2PS, forts de leurs expériences professionnelles variées et des échanges constants entre eux, peuvent utilement vous accompagner dans l’évolution de votre entreprise et principalement en ce qui concerne les éléments développés dans cet article soulignant l’alignement stratégique des SYSTEMES d’INFORMATION et du DIGITAL. Ils favoriseront adhésion, partage et envie.