Intelligence collective : la loi des 3 marchés

L’innovation est devenue la pierre angulaire de la croissance mondialisée contemporaine

Le marché de la gestion de l’innovation se développe à la mesure des nouveaux besoins en matière de rationalisation de notre intelligence collective. Nouveaux réseaux sociaux, collaboration, participation, inférence neuronale n’en dessineraient que les premiers contours.


Selon un nouveau rapport de recherche de marché publié par MarketsandMarkets le marché mondial de la gestion de l’innovation est estimé à 421,5 M$ en 2017 et devrait atteindre 1,520 Md$ d’ici 2022, soit une croissance annuelle de près de 30% durant cette période.

 

Ce marché assimile des acteurs expérimentés, datant du début des années 2000 et délivrant une approche verticale de la gestion de l’innovation en mode « projet », selon un schéma historique dans la plupart des importantes organisations, avec des acteurs pour certains très récents et en très forte croissance, tel Mindnode, qui circularise l’approche de la gestion de l’innovation en mode « collaboratif »

Les principaux facteurs concourant au développement de ce marché relèvent de l'évolution des cultures de travail dans nos  organisations, de la demande croissante d'innovations ouvertes ou de crowdsourcing, mais aussi et surtout de la course au développement de nouveaux produits innovants.

 

Mais comment valider empiriquement ces valeurs et quelle part allouer au marché français ?

 

A moyen voire court termes, l’avènement de la gestion de l’innovation en marché de masse se diffuse verticalement à partir des ressources humaines, point de bascule vers une structuration favorable à l’innovation par la collaboration interne, mais aussi horizontalement, à partir de la source même de l’innovation, la recherche académique.

 

Si l’on suit ce raisonnement, on retiendra :

  • Que les effectifs de la fonction RH sont relativement stables en France d’après les enquêtes du Cegos, autour d’1,8 % de l’effectif total des entreprises et de 2,4 % des effectifs du secteur public,
  • Que d’après l’INSEE, environs 7,8 millions de salariés français travaillaient dans une entreprise de taille intermédiaire ou dans une grande entreprise en France fin 2016, hors secteur agricole, auxquels s’ajoutent les quelques 5,6 millions de fonctionnaires intégrés à l’administration publique,
  • Que d’après le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’on décompte par ailleurs 2,5 Millions d’étudiants en France au cours de la même année.

       

Dès lors, pour reproduire la quantification globale du marché de la gestion de l’innovation au sens de Markets&Markets au moyen d’une approche par cible prospective, il suffit de procéder à rebours :

  • hypothèses : 20 % des effectifs de la fonction RH et 5 % de ceux de la totalité des étudiants français (des débutants aux doctorants toutes filières confondus) seraient friands ou directement concernés par la gestion collective de l’innovation.
  • résultats : ces chiffres appliqués à un modèle économique médian eu égard aux différents acteurs de ce marché, à savoir 15 $ par mois et par utilisateurs professionnels et 5 $ par mois et par étudiants, mènent à une valorisation du marché français de 16,86 M$, c’est-à-dire 84,30 M$ continental si l’on admet que le logiciel français représente 20% du logiciel européen et enfin 421,50 M$ au global, s’il représente 4 % du marché mondial.

L’avantage de cette méthode est que l’on dispose également des utilisateurs en nombre : un marché de 177.000 utilisateurs potentiels dont 121.000 étudiants, 25.000 salariés et 26.000 fonctionnaires. 

A partir de là, comment analyser sur le marché français cette croissance de 30 % par an en moyenne annuelle au cours des 5 prochaines années puis à plus long terme ?

 

La diffusion virale du nouveau besoin en intelligence collective : la loi des 3 marchés et le chaînon manquant

 

Les plus anciens modèles économiques représentent nos échanges au moyen de 3 marchés, le travail, le capital et celui de la monnaie. Dans un cadre un peu plus récent, le progrès technique puis technologique, est devenu le noyau dur de la source de la croissance de nos économies. Vu d'aujourd'hui, le progrès technologique était le chainon manquant des débats historiques de l'économie politique originelle.

 

Pour suivre cette allégorie afin de l’appliquer à la diffusion de l’intelligence collective dans nos organisations, il suffit :

 

- De visualiser l’organe de tête de nos organisations de toutes tailles, directions générales et des ressources humaines associées, les membres supérieurs, comme la sphère du travail,

- Les membres pédestres optimisant notre mobilité, constitué des laboratoires et de toutes les sources de notre évolution à venir, les étudiants, comme la sphère de notre capital en cours de constitution pour demain,

- Le cœur et son réseau de vaisseaux, la sphère numérique dématérialisée, comme la monnaie de demain avec ses blockchains généralisées.

 

Dans ce cadre, le chaînon manquant de ces 3 marchés est constitué par une innovation permanente et généralisée au moyen d’outils de gestion de l’innovation restituant au mieux notre intelligence collective.

Et la question n’est plus de savoir si ce marché de la gestion de l’innovation va croitre et pendant combien de temps, mais quel sera sa vitesse de propagation avant qu’il parvienne à saturation.