Réseautez efficacement grâce à vos réseaux neuronaux

Suivez le fil… des idées!

Quel est le dénominateur commun entre une action et une idée? L’un et l’autre sont le fruit d’une personne. Aussi, ma pratique m’a-t-elle amenée à suivre les idées — et conséquemment, les gens qui en ont.

 

Quand on suit le fil des idées, elles sont faciles à classer dans notre énorme bibliothèque intérieure. Du moins, est-ce ainsi que je me plais à me le représenter.

 

En fait, dès que je rencontre quelqu’un, je m’intéresse profondément à ce qu’il me raconte. Je l’amène à me parler de ce qui le passionne. Ça présente trois avantages : 

   

  1. je vais droit au meilleur de cette personne;  
  2. c’est toujours très intéressant, qu’il s’agisse de psychologie ou de tarte aux pommes et;   
  3. si je les amène à m’apprendre quelque chose qui m’étonne, je m’en souviendrai.

 

Sceptique? Ayant goûté cette conversation, je suis plus encline à me rappeler le point fort de notre échange. Et l’inconscient est ainsi fait que je peux m’en souvenir presque indéfiniment. Cette réminiscence est déclenchée en une fraction de seconde, sans que je fasse d’effort.

 

Il suffit qu’une nouvelle information d’intérêt s’enregistre pour que mon esprit produise des liens avec toutes les idées qui s’y rattachent. De là à faire le pont entre des personnes et des projets, il n’y a qu’un pas à faire, un geste à poser.

 

Ce geste, c’est peut-être d’envoyer un mot commun à la personne ayant eu l’idée A et à celle qui vient d’exprimer l’idée W. Il peut s’agir de faire suivre un article qui pourra intéresser l’individu porteur de l’idée G. Ou encore d’inviter de potentiels complices à dîner et qu’un projet Y en découle.

 

Ne laissez donc jamais filer une idée intéressante : c’est la base du réseau. Parole d’éditeur


Isabelle Quentin est maître-éditeur et stratège en communications d'entreprise.


Photo Serge Rivest. Neurones. CRCHUL Université Laval.